Histoire des GOULIN descendants de Jacques GOULET de Normandel (65)
émigré au Québec vers 1645
 
Les GOULET, dont certains ont pris ultérieurement le nom de GOULIN, sont d'origine Normande car Jacques GOULET, leur premier ancêtre venu de France ainsi que son père, Thomas GOULET, étaient meuniers dans le Perche.
Toutes les informations disponibles sur ce site sont le fruit d'un long travail de recherche mené par Lucette Bibeault. C'est une passionnée de généalogie, n'hésitez donc pas à la contacter pour avoir des informations plus détaillées sur les renseignements trouvés ici. Elle se fera un plaisir de vous répondre. Elle a effectué un vrai travail de moine, et comme vous verrez, ça en valait la peine. De plus, si vous possédez des informations qui pourraient l'aider à compléter l'arbre généalogique, ne vous gênez pas pour nous envoyer vos découvertes, c'est toujours grandement apprécié.
Remercions également Monsieur Robert Prévost auteur de "Portraits de familles pionnières" dont sont extraits une grande partie des informations présentées ci-après.
 
L'abbé GOULET, de Southbridge, Mass., est le spécialiste de la généalogie GOULET. Il prépare un répertoire des mariages de tous les GOULET. Il affirme qu'il y eut un second ancêtre GOULET du nom de Mathurin. Mathurin GOULET, originaire du diocèse de Luçon, fils de Maurice et de Jeanne GOULET (c. de La Fosse), se marie à Geneviève Enaud dite Canada, fille de Pierre et de Marie Ratel, le 5 mai 1734, à Lanoraie; en secondes noces, à Geneviève Jourdain dite Lafrance, fille de François et de Geneviève Benoit, le 29 octobre 1742, à Lanoraie.
 

Une grande partie des informations présentées ci-après proviennent du site de la famille BIBEAU au Canada que l'on peut visiter à l'adresse suivante : http://bibeau.citeglobe.com/

 
On peut aussi consulter le très remarquable site Web construit par le français Gilles GOULET et qui décline la généalogie complète de cette famille depuis l'année 1612 :
http://www3.sympatico.ca/ggoulet/Generat.htm
 
  
Return to the top
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  

Thomas GOULET
 

Thomas GOULET, meunier installé dans le Perche en France a épousé (en premières noces) Antoinette Feillard à Normandel en 1613. Le 17 avril 1615, ils ont présenté leur premier enfant au baptême, Jacques GOULET. Au cours des mois suivants, le couple se fixa au bourg voisin de La Poterie et c'est là que naquirent leurs deuxième et troisième enfants, Louise GOULET (1619) et Yvonne GOULET (1622).

 
Devenu veuf, Thomas GOULET contracta un second mariage avec Marie Chalumel et devint père d'une seconde Louise, baptisée en 1628. On devine que tous les paysans de la région connaissaient Thomas GOULET, car en plus d'exercer le métier de meunier, il était collecteur de la taille, ce qui n'était peut-être pas de ...taille à le rendre automatiquement sympathique !
Les fils de Thomas GOULET dont Jacques GOULET (qui suit) furent les premiers à obtenir des concessions sur le territoire de L'Assomption, vers 1718.
 
Return to the top
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques GOULET (1615 - 1688)

Même si, encore une fois, ce relevé ne saurait être exhaustif - les GOULET friands de généalogie ont sans doute complété les ouvrages parus à ce jour - il démontre que l'ancêtre Jacques GOULET eut plus d'une vingtaine de petits-fils, dont plusieurs devaient contribuer généreusement à répandre le patronyme (voir la liste des sept fils de Jacques GOULET).

 
Jacques GOULET reçut le baptême le 17 avril 1615, à Normandel, aujourd'hui dans le département de l'Orne, arrondissement de Mortagne-au-Perche, commune de Tourouvre. Le curé Laurent du Fay fut à la fois le ministre de son baptême et son parrain. Tante Marguerite Feillard l'accompagnait comme marraine.

Fils de meunier, Thomas GOULET, père de l'ancêtre Jacques GOULET, se fiança à Antoinette Feillard le 28 avril 1613, en l'église de Normandel et s'unit à sa bien-aimée le 3 août de la même année. Antoinette, fille de David Feillard et de Mathurine Navarre, suivit son mari à la Gaufferrerie, autre secteur de Normandel. Thomas exerce le métier de Meunier. Pour faire plaisir à son épouse, bonne couturière, il lui achète pour dix livres dix sols de drap blanc et de drap de bure. Le 6 avril 1615, il obtient un cheval à poil gris pour la somme de 25 livres, de Robert Giguère, un parent de l'ancêtre canadien du même nom.

L'aîné Jacques GOULET connut la joie de recevoir deux petites soeurs: Louise GOULET, le 17 janvier 1619, et Yvonne GOULET, le 25 mai 1622. Jacques devint orphelin assez jeune. Antoinette Feillard décéda entre 1622 et 1627, c'est tout ce que nous pouvons affirmer de plus précis. Thomas GOULET se remaria avec Marie Chalumel. A la Ste-Anne 1628, le nouveau couple présenta aux enfants du premier lit une demi-soeur Louise; puis en 1632, Marie; en 1638, Marguerite.

Dix-sept ans après la première mention de Thomas GOULET comme meunier, un acte devant le notaire Lullier dressé à Randonnay en 1634 affirme qu'il l'est toujours, cette fois à la paroisse de Lhôme, où Noël Juchereau des Chatelets possède une ferme. Notez bien ce détail. En 1648, Thomas pratique toujours le même métier. Lorsque Marie Chalumel fut inhumée le 29 septembre 1652 (et quelque temps après, Thomas GOULET). Il y avait plusieurs années que Jacques GOULET était au Canada.
 

Localisation de la paroisse de la Poterie-en-Perche (France)

 

Ancien pays de France, le Perche comprend une région naturelle, homogène, coincée entre la Normandie, le Maine et la Beauce. Ses villes principales sont Nogent-le-Rotrou avec son château et Mortagne. Plusieurs fois morcelé au cours de son histoire, le Perche en vint à perdre son titre de province. Réuni au Maine, il formait l'un des trente-trois gouvernements de la France, auquel on donnait parfois le nom de Maine-et-Perche avec Mortagne comme capitale. Même au point de vue ecclésiastique, il fut démembré au profit des diocèses de Chartres, du Mans et de Seez.

Dans l'église de La Poterie-au-Perche (France), une inscription a été érigée à la mémoire de Jacques GOULET et de sa demi-soeur, Louise GOULET, même si le premier est né à Normandel, car c'est de La Poterie qu'ils partirent pour la Nouvelle-France.
En France, à l'ouest de Versailles, on aborde la route nationale 12, qui conduit à Dreux, puis à Verneuil-sur-Avre. De là, il ne reste que 24 km pour atteindre le carrefour Sainte-Anne; à 3,50 km en deçà de celui-ci se présente, sur la droite, la D 378 qui touche tout de suite à La Poterie-au-Perche. C'est une minuscule commune de quelque 150 habitants; d'agréables statues ornent son église. dont une belle Vierge à l'Enfant, du XVIe siècle, en pierre polychrome, devant laquelle se sont sûrement recueillis Jacques et Louise GOULET. Une inscription y rappelle leur souvenir.

Depuis La Poterie, une toute petite route conduit à Normandel (environ 3 km), que l'on peut aussi atteindre à partir de St-Maurice-lès-Charencey, sur la N 12, par la D 278. L'église néo-gothique, se distingue par une statuaire remarquable du XVIe siècle. Ses chapelles possèdent des bas-reliefs calcaires de style Renaissance.

 
Débuts de Jacques GOULET au Canada (Nouvelle-France)
 
A l'âge de 30 ans, Jacques GOULET fonde un foyer et épouse, à La Poterie (France), Marguerite Maillier (ou Mulier). Nous sommes en 1645, et c'est probablement en vue d'un départ pour la lointaine Nouvelle-France que le mariage a lieu, car c'est l'année suivante, semble-t-il, que le couple s'embarqua.

Jacques GOULET fut un pionnier de la côte de Beaupré. Lors du recensement de 1666, il y habite avec sa femme et le couple, qui a déjà sept enfants, a un domestique, François Labattier. Quand le recenseur repasse, l'année suivante, le petit Antoine est né. La famille a 15 arpents de terre en valeur et possède cinq bêtes à cornes.

En 1681, l'ancêtre exploite toujours sa terre; il met maintenant 30 arpents en valeur, possède encore cinq bêtes à cornes, mais un cheval s'est ajouté dans l'étable. Deux de ses fils se sont établis sur leurs propres concessions: Nicolas et Sainte Cloutier élèvent déjà trois enfants, cultivent 60 arpents avec l'aide d'un domestique et ont un troupeau de 15 têtes. Quant à René, il semble que sa femme n'habite plus avec lui; il se déclare charron et vit avec leurs deux fillettes, Marguerite et Catherine; il cultive huit arpents. Le couple aura trois autres filles.
 Les GOULET ont figuré au nombre des pionniers de L'Ange-Gardien, mais, vous demanderez-vous, qu'est devenue la demi-soeur de Jacques, Louise? Elle a le même titre à la reconnaissance des généalogistes. Vers 1654, à La Poterie, elle avait épousé un jeune homme du bourg, René Letartre. Le couple eut quatre enfants, puis vint rejoindre Jacques au Canada. Il avait fallu une vingtaine d'années à Louise pour suivre l'exemple de son demi-frère. Même aux âmes bien nées, la valeur attend parfois le nombre des années!
Un petit-fils de ce couple, René Letartre, épousa Anne Garneau, à L'Ange-Gardien, en 1706. De cette union naquirent six enfants, dont Jean-Baptiste qui, en 1743, à Lanoraie, fonda une famille avec Marie-Jeanne Perrault. Ce sont les ancêtres, en ligne directe, d'Israël Tarte, qui fut un important personnage politique et fonda La Patrie, qui fut longtemps l'un des journaux les plus influents du Québec.

 

Départ de Jacques GOULET et sa famille pour la terre de Noël Juchereau
 
Jacques GOULET épousa une citoyenne du bourg Marguerite Mullier, fille de Jean et de Catherine Chauvin, le 21 novembre 1645, à St-Pierre de La Poterie. Au printemps suivant, Jacques, 31 ans, et sa jeune épouse laissèrent les amis, la parenté, le pays, pour répondre à l'invitation de Noël Juchereau, promu à cette époque-là «commis général pour tous les achapts» faits par le roi au nom de la Nouvelle-France. Jacques GOULET était déjà l'engagé de Noël Juchereau comme meunier de sa ferme Les Chatelets, à Lhôme, depuis 1645.
Le 28 octobre 1646, à Québec, naissait Geneviève GOULET. Charles Giffard et Geneviève Juchereau de Maure la tinrent sur les fonts baptismaux devant Barthélemy Vimont, S.J. Hélas! ce premier espoir de vie nouvelle devint un premier deuil GOULET au Nouveau Monde. Geneviève fut inhumée le 14 décembre suivant.
Jacques continue de travailler pour Juchereau. Noël retourne en France pour exposer les problèmes de la colonie. Il décède en 1648. Le 7 octobre 1649, le notaire Audouart dresse l'inventaire de ses biens laissés à Québec. C'est ici qu'apparaît Jacques GOULET: «Il est dû six vingt livres à Jacques GOULET». Son maître étant absent pour toujours. Jacques devait trouver son pain ailleurs.
 
Séjour de Jacques GOULET à la Seigneurie Saint-Michel
 
Surprise! «Le 16 juillet 1649, Mathurin Goyer reconnaît une dette de 52 livres, 10 sols, pour un fusil et un marteau qu'il a reçu de GOULET, en présence de Vincent Verreault et de Louis GOULET». Même Marcel Trudel n'a pu identifier ces deux personnages. Louis GOULET, un parent de Jacques?

Le 4 décembre 1651, Jacques obtient un emplacement d'un demi-arpent, dansl'anse Saint-Michel, tout près de Sillery, vis-à-vis la terre qu'on lui a concédée sur la falaise. Cet emplacement et la terre GOULET d'un arpent et demi de front avec une profondeur allant jusqu'à la Grande Allée, obtenus de Charles Legardeur de Tilly, devinrent la propriété de Simon Legendre, le 26 décembre 1655, pour la somme de deux cents livres.
 Où donc les GOULET passeront-ils l'hiver? Sans doute, près de Sillery? Il est difficile de les suivre à la trace.

Séjour de Jacques GOULET à Château-Richer
 
Jacques GOULET possédait une belle terre à Château-Richer, sise entre celles de Jean Gagnon et de Robert Drouin. Le 30 novembre 1656, il revend ses six arpents de front aux associés Jacques Dodier et Pierre Pointel. Dès le 4 mars 1657, Dodier remet le tout à GOULET qui le refile à Lauzon de la Citière, moyennant la jolie somme de 850 livres, une fortune à l'époque. De plus, Pointel, l'instable, s'engage à abattre pour le compte de Jacques GOULET et à débiter deux arpents de bois de huit à dix pieds en longueur, sans parler d'un autre mois de travail, soit du 20 avril au 20 mai, en retour d'un salaire de vingt livres. La famille GOULET demeura peut-être à cet endroit jusqu'au 2 avril 1658, jour où Nicolas Quentin se porta acquéreur de ce domaine.

Jacques GOULET acquit plus tard une autre terre à Château-Richer, celle d'Aubin Lambert dit Champagne, le premier septembre 1669. C'était un échange avec la terre qu'il possédait par héritage «en la coste du Cap Rouge», dans la seigneurie de Maure. Ce dernier contrat servait à clarifier une situation de fait, puisque le 29 avril 1668 cette seconde terre de Château-Richer avait déjà été vendue à Charles Lefrançois pour la somme de 350 livres, devant le témoin François Gariépy.
 
Séjour de Jacques GOULET à l'Ange-Gardien
 
Olivier Le Tardif vivait à L'Ange-Gardien comme seigneur et juge de la Côte de Beaupré. Le 30 mai 1658, il donne aux GOULET la terre de son fils Pierre, décédé prématurément. Cette ferme possédait trois arpents de front sur le fleuve St-Laurent, proche du ruisseau des Orignaux. GOULET paiera trois livres annuelles de rente, trois sols de cens, en plus du beau chapon vivant. Les voisins sont René Maheu dit Point-du-Jour et le seigneur Olivier Le Tardif. C'est de cet endroit que désormais toute l'activité de Jacques GOULET et de son épouse se déploiera pendant plus d'un quart de siècle.

En 1666, François Labattier travaille pour Jacques GOULET comme domestique engagé. Le recensement de 1667 attribue à GOULET cinq bêtes à cornes et quinze arpents en culture. Ses voisins se nomment Robert Laberge et Pierre Gendreau dit La Poussière. En 1681, Jacques a doublé sa superficie de terre en culture. Ses enfants ont grandi et il a vieilli. Il possède un fusil et un cheval, en plus de ses cinq animaux domestiques. En ce temps-là, il n'y avait que quatre-vingt-seize chevaux dans toute la colonie. René Letarte, époux de la soeur de Jacques GOULET, Louise, possédait une jument.

Samedi 18 octobre 1664, un messe a été célébrée dans la maison de Jean Trudel, à L'Ange-Gardien, au Caput, suivie de l'élection de trois marguilliers. Jacques GOULET fut élu premier marguillier.

Jacques GOULET, en 1671, devait à Bertrand Chesnay la somme de 687 livres environ. Deux vaches de Bertrand étaient à loyer chez Jacques. L'année suivante, Chesnay fit effectuer une saisie des biens de Jacques GOULET, laissés à la garde de Pierre Gendreau. Le sieur de Lotinville réclamait encore, le 2 mars 1674, le paiement de 687 livres, 18 sols, 1 denier, ou les intérêts. Le 4 avril 1680, Jacques hypothèque sa ferme et promet payer une rente annuelle de 30 livres sur une somme encore due de 600 livres. Selon l'historien Raymond Gariépy, Jacques passait, le 24 mars 1681, une obligation en faveur de Jean Mathieu, pour 559 livres, 16 sols. Et le 11 novembre de la même année, il en passait une autre à Charles de Couagne, marchand de Montréal, pour 125 livres restant de plus grande somme.
 
Le livre des comptes du Séminaire de Québec révèle que Jacques GOULET fut meunier des moulins de la seigneurie de Beaupré, le moulin à vent du village de Château-Richer et le moulin à eau du Sault à la Puce, de 1673 à 1676, et pour celui de Petit Pré jusqu'en 1682, au moins.
Le 26 novembre 1688, Jacques GOULET tomba à la renverse comme un chêne bousculé par le vent de la vie. On le coucha dans le cimetière de L'Ange-Gardien, deux jours plus tard, devant son beau-frère René Letartre et Mathurin Huot. Marguerite Mulier lui survécut l'espace de quatre ans environ. Elle manifesta encore sa présence aux noces de Joseph GOULET, le 20 juillet 1692. A la fin de janvier 1694, c'est l'inventaire des biens GOULET évalués pêle-mêle: 1 charrue, plus de 700 gerbes de blé, 1 cavale et son poulain, 2 boeufs, 3 vaches, 2 taureaux,  3 veaux, 3 porcs, 3 gorets, 9 poulets, 1 coq, 1 maison de pierre, 1 grange, 1 étable, 33 arpents de défrichés, etc. Les biens matériels laissés par les parents aux descendants ne sont rien à côté des principes de vie transmis aux générations montantes. Les GOULET possédaient l'esprit de travail, le goût du risque calculé, le respect de la vérité et de la justice.
 
Telle est l'image qui nous reste de Jacques GOULET, un colon entreprenant, déluré, honnête, mais qui n'a pas peur du crédit.
 
Jacques GOULET a laissé sept fils qui se sont tous mariés.
 
 
 
Return to the top
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les douze enfants de Jacques GOULET et de Marguerite MAILLIER (MULIER)
 
La famille GOULET se compose de dix garçons et deux filles : Geneviève, Nicolas, Jacques, René, Louis, Charles, Jacques, Thomas, François, Antoine, Joseph et Marguerite (la cadette née le 27 juin 1675, suivit l'exemple de l'aînée Geneviève et décéda au berceau, semble-t-il). L'espérance de vie des deux Jacques se prolongea, pour le premier, pendant deux ans ; pour le second, pendant une dizaine d'années, peut-être. Les archives sont muettes sur cette question. Quant à François, filleul de François Bélanger le 15 janvier 1664 à Château-Richer, nous perdons sa trace après 1719. Il serait resté célibataire. Les sept fils de Jacques GOULET et de Marguerite MAILLIER (MULIER) sont dans l'ordre de naissance :
 
1- René GOULET, qui épousera Catherine Leroux (en 1670) d'où 5 enfants, toutes des filles.
 
2- Nicolas GOULET, qui épousera Sainte Cloutier (en 1672) d'où 7 enfants dont 4 fils. Deux de  ceux-ci fondèrent des foyers : Jean GOULET avec Marguerite Blouard (d'où 7  enfants) et Louis GOULET avec Marie-Anne Quentin (d'où 8 enfants).
 
3- Louis GOULET, qui épousera Marie Godin (en 1682) d'où un fils, Louis GOULET, qui épousa Thérèse  Roussin (sans postérité).
 
4- Charles GOULET, qui épousera Marie-Anne Rancin (en 1686) d'où 14 enfants dont 4 sont décédés  en bas âge. Il a eu 3 filles et 7 fils dont au moins trois se marièrent :  Joseph GOULET avec Marie-Madeleine Chevalier (d'où 5 enfants) ; Louis GOULET avec  Françoise-Charlotte Langlois (d'où 6 enfants) et Augustin GOULET avec  Marguerite Bertrand (postérité inconnue).
 
5- Thomas GOULET, qui épousera Marie-Marguerite-Louise Pancatelin (en 1683) d'où 10 enfants dont 3 fils. Deux d'entre-eux fondèrent des foyers : René GOULET avec Catherine  Rivière (d'où 6 enfants) et Ignace GOULET avec Marie-Barbe Ducongé (d'où 6 enfants  également).
 
6- Antoine GOULET, qui épousera Marie-Madeleine Guyon (en 1692) d'où 11 enfants dont trois fils dont deux se marièrent : Joseph GOULET avec Geneviève Raté (d'où 6 enfants); Jacques GOULET avec Marie-Anne Letartre, puis avec Marie-Josèphe Lenormand (d'où 8  enfants).
 
7- Joseph GOULET, qui épousera Anne Julien (en 1692) d'où 9 enfants dont 5 fils; trois se  marieront : François GOULET avec Marie-Madeleine Bédard (d'où 12 enfants) ;  Louis GOULET avec Marie-Josèphe Huot (d'où 6 enfants) et Antoine GOULET avec Marie- Angélique Laberge (d'où 7 enfants).  
 
 
 
Return to the top
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nicolas GOULET
 
 
Le premier enfant de la seconde génération à suivre et à faire souche fut Nicolas GOULET, filleul de Nicolas Juchereau baptisé le 15 décembre 1647 à Québec, Epoux de Sainte Cloutier le 24 décembre 1672 à Château-Richer et père de sept enfants dont quatre embrasseront l'état du mariage (voir René GOULET qui suit).
 
Nicolas décéda à Saint-Pierre, île d'Orléans, le 24 août 1721. Il posséda la première maison de pierre de l'île. La maison GOULET est réputée comme étant la seule maison de St-Pierre à avoir été construite en pierre sous le régime français.
 
 
 
Return to the top
 
 
 
 
 
 
 
 
 
René GOULET
 
René GOULET, baptisé à Sillery le 27 octobre 1650, deuxième des garçons de Nicolas GOULET et Sainte CLOUTIER. 
 
Il fut le premier à se marier en Nouvelle-France. Il prit comme épouse Catherine LEROUX, fille de défunt Henri LEROUX et d'Isabelle Charton, le 29 octobre 1671, à Château-Richer. Cette "fille du roi" avait d'abord passé un contrat de mariage avec le frère de son futur, Nicolas GOULET, le 3 septembre 1670. Elle apportait des biens d'une valeur de huit cents livres. Leur union fut récompensée par l'arrivée de cinq petites filles.
 
Catherine, après plusieurs bouffées d'ennui, se permit un voyage en France vers 1680. Son mari emprunta huit cents livres de René Mathieu le 15 avril 1681, «avant son depart pour la France». René GOULET réussit à convaincre son épouse de revenir au Canada, la même année. Leur premier enfant naquit à Lachenaie, en 1691.
 
 
Return to the top
 
 
 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
  

Louis GOULET

 
L'ancêtre Louis Houde fut parrain de Louis GOULET, le 28 août 1653, à Sillery. Louis GOULET prit comme compagne Marie Godin, fille de Charles et de Marie Boucher. Cet amour fut éphémère. Un enfant posthume, futur époux de Thérèse Rousseau, Louis, naquit le 26 août 1683.
 
La veuve convola avec Pierre Denis dit Lapierre, le 8 octobre 1687, et devint mère de neuf nouveaux rejetons. Thomas, baptisé à Château-Richer le 2 avril 1661, porta le prénom de son grand-père paternel. Son épouse, 25 octobre 1683, M.-Marguerite-Louise Pancatelin, fille de défunt Marcel et de Marie Marcadet, vint au pays comme fille à marier, semble-t-il.
 
Elle donna sept filles et trois garçons à son mari. Le couple quitta la Côte de Beaupré. Leur dernier-né reçut le baptême, à l'île Jésus.
 
 
Return to the top
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles GOULET

La famille la plus considérable appartient à Charles GOULET, compagnon de vie de M.-Anne Rancin, fille de Charles et de Marie Conflans, le 12 novembre 1686. Elle eut quatorze invités au banquet de la vie. Trois de leurs garçons s'engagèrent pour l'Ouest en juin 1728. Charles GOULET fut inhumé, à Repentigny, le 10 novembre 1717. Le filleul d'Antoine Gaboury, Antoine devint le 19 février 1692 l'époux de M.-Madeleine Guyon, fille de Joseph et de Geneviève Cloutier. Ils élevèrent leurs onze enfants à L'Ange-Gardien. La même année, 20 juillet 1692, le plus jeune des garçons, Joseph obtint la main d'Anne Julien dont les parents étaient Jean Julien et Madeleine Guérin. Leurs neuf rejetons grandirent à L'Ange-Gardien. Durant sa jeunesse, soit le 31 juillet 1688, Joseph s'était engagé comme coureur des bois vers l'Ouest.

 Tel est en bref le bilan de vie très positif de la seconde génération GOULET au Canada.
 
 
Return to the top
 

 

Les GOULET qui ont marqué l'histoire du Canada
 
Plusieurs GOULET ont marqué l'histoire du canada (dans l'ordre chronologique) :
 

Roger GOULET, né en 1834, filleul et protégé de Mgr Provencher, métis français, arpenteur, juge de district et membre du Conseil de l'Assiniboia.

 
Maxime GOULET, le 18 décembre 1878, député de St-Vital à la législature du Manitoba, puis ministre de l'agriculture.
 
Georges GOULET, Lieutenant-Général du Gouvernement Provisoire de la Rivière-Rouge de 1869 à 1870.
 
Elzéar GOULET, le plus célèbre des GOULET de la Rivière-Rouge fut. Il fit partie du conseil de guerre qui condamna Thomas Scott, en 1870. Homme parfaitement honorable, il fut quand même poursuivi par l'armée d'occupation. «Ayant dû se mettre à l'eau pour sauver sa vie, il fut atteint d'une pierre pendant qu'il se dirigeait à la nage du côté de St-Boniface et, étourdi par le coup, il se noya», le 13 septembre 1870. Elzéar GOULET était le frère de l'Honorable Roger GOULET et fils d'Alexis GOULET et de Josephte Siveright. Tous ces GOULET descendaient des voyageurs canadiens venus dans l'Ouest au temps de La Vérendrye.
 
Robert GOULET, de Winnipeg, artiste et compositeur de la «Gigue de la Rivière-Rouge». En 1646, Jacques GOULET avait apporté une flûte dans ses bagages. Cet instrument de musique a été conservé pieusement dans la famille, jusqu'à nos jours. Il a appartenu à Alexis GOULET, à Maxime GOULET puis en 1934 Robert GOULET en a hérité. Avant la première guerre mondiale, la flûte devint muette. Quelqu'un pensa de l'hydrater en la passant à la vapeur. Le miracle se produisit: elle résonna de nouveau. Ainsi en est-il de notre histoire. Pour en recevoir les leçons, il faut l'étudier avec amour.
 

Return to the top