Familles DE GOULAINE

Histoire de la famille de GOULAINE

 

Biographie de René de Goulaine de Laudonnière né au 16e siècle

 

Le cahier de doléances de 1789 de la paroisse de Haute-Goulaine

 

Ouvrage écrit au XXe siècle par Robert de Goulaine

 

 

(Return to the top)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Histoire de la famille de GOULAINE

voir le site de cette famille : http://www.chateaudegoulaine.fr/

Les « Goulaine » sont attachés depuis toujours à leur patrimoine. En effet, depuis 1 000 ans, ils vivent dans ce domaine. On note seulement une courte période, entre 1788 et 1858, où le château de Goulaine appartient à l’armateur hollandais « Deurbroucq ».

En 1149, Jean de Goulaine est Capitaine de la ville de Nantes. Son fils Mathieu fut le médiateur entre les rois de France et d’Angleterre. Les deux souverains octroyèrent à sa famille l’insigne faveur d’unir sur leur blason, les léopards et les Fleurs de Lys, avec pour devise la suivante, symbolisée par 3 « A » et 2 couronnes : « A Cestuy-ci, A Cestuy-là, j’Accorde les Couronnes ».

Les Goulaine étaient une ancienne famille noble, déjà citée lors de la VIIe croisade (1248). Au cours des guerres de religion, les Goulaine ont combattu dans les rangs de la Ligue catholique : Gabriel, sieur de Goulaine, à la tête de cinquante lanciers, et son frère Jean, baron du Faouët, ont conquis le château de Trogoff (Plouescat) et celui de Kérouzéré (Sibiril), en 1590. Comme il avait été fait marquis par le roi Henri IV, Gabriel était lié à la cause des Bourbons.

Le domaine fut érigé en Marquisat par Henri IV au début du XVIIe siècle : à l’époque, sa superficie couvrait 30 000 hectares.

30 générations de « Goulaine » se sont succédées dans cette propriété.

Robert de Goulaine a restauré le château, racheté à son oncle, en 1957. Il fallu plus de 50 années de travaux pour redonner à Goulaine toute sa splendeur d’autrefois. Aujourd’hui, la Marquise de Goulaine et son fils, Christophe de Goulaine, poursuivent cette aventure familiale.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René de Goulaine de Laudonnière

(1525 - 1574) - born 1525 – died 1574

Voir l'excellent site wikipedia consacré à ce personnage historique

Jean Ribault et René de Goulaine de Laudonnière quittent Le Havre avec 150 hommes à bord de deux vaisseaux du roi le 18 février 1562 et abordent l’Amérique aux confins de la Floride et de la Géorgie actuelles après deux mois de navigation (1er mai).

Huguenot noble français du Poitou, Laudonnière a été sélectionné commandant en second en vertu du régime de Ribault à développer une colonie sur la rivière St. Johns en Floride. La première mission construit seulement un avant-poste à Port-Royal, Caroline du Sud, mais tout Ribault était dans une prison de Londres, a mis en place Laudonnière Fort Caroline en 1564. Les 300 civils et des ressources limitées étaient pas de match pour une armée espagnole sous Pedro Menéndez de Avilés. Laudonnière a été blessé, mais a échappé à la France, où il a écrit une histoire de sa colonie. Après avoir accompagné Jean Ribaut sur la première expédition française en Floride (1562), il a mené une deuxième tentative de colonisation en 1564, l'établissement de Fort Caroline (du nom de Charles IX de France) sur la rive sud de la rivière St. Johns près de son embouchure. Les colons engagés dès l'inimitié des Amérindiens, beaucoup ont refusé de travailler, d'autres ont pris à la piraterie, et enfin plupart d'entre eux se sont mutinés. Fort de la Caroline a été construit sur la rive sud du Saint-Johns comme un refuge pour les persécutés huguenots français. Ce fort était dans une situation désespérée lorsque le corsaire anglais Sir John Hawkins est apparu en Août 1565, et vendu alimentaire Laudonnière et un de ses navires. Laudonnière était prêt à embarquer pour la France quand Ribaut est arrivé avec des fournitures, des renforts, et une ordonnance de Laudonnière pour revenir à répondre à des accusations qui avaient été portées contre lui. Son départ a été retardé par l'apparition de l'espagnol. Ribaut a navigué pour les attaquer à Saint-Augustin, mais Pedro Menéndez de Avilés attaqué Fort Caroline par terre et massacré la plupart de ceux laissés là par Ribaut. Laudonnière, l'un des rares qui a échappé, a finalement atteint France en janvier 1566. Son Histoire notable de la Floride (1586) a été traduit par Richard Hakluyt comme A Historie Notable contenant Foure voyages effectués par Certayne français Captaynes en Floride (1,587). Voir l'étude de C. E. Bennett (1964).

 

French colonizer in Florida. A French Huguenot nobleman from Poitou, René de Goulaine de Laudonniere was selected second in command under Ribault's plan to develop a colony on the St. Johns River in Florida. The first mission constructed only an outpost at Port Royal, South Carolina, but while Ribault was in a London jail, Laudonniere set up Fort Caroline in 1564. The 300 civilians and limited resources were no match for a Spanish army under Pedro Menendez de Aviles. Laudonniere was wounded but escaped to France, where he wrote a history of his colony. After accompanying Jean Ribaut on the first French expedition to Florida (1562), he led a second colonization attempt in 1564, establishing Fort Caroline (named for Charles IX of France) on the south bank of the St. Johns River near its mouth. The colonists soon incurred the enmity of the Native Americans, many refused to work, others took to piracy, and finally most of them mutinied. Fort de la Caroline was built on the south bank of the St. Johns as a haven for persecuted French Huguenots. Fort Caroline was in desperate straits when the English privateer Sir John Hawkins appeared in August 1565, and sold Laudonnière food and one of his ships. Laudonnière was prepared to sail for France when Ribaut arrived with supplies, reinforcements, and an order for Laudonnière to return to answer charges that had been brought against him. His departure was delayed by the appearance of the Spanish. Ribaut sailed to attack them at St. Augustine, but Pedro Menéndez de Avilés attacked Fort Caroline by land and massacred most of those left there by Ribaut. Laudonnière, one of the few who escaped, finally reached France in Jan., 1566. His Histoire notable de la Floride (1586) was translated by Richard Hakluyt as A Notable Historie Containing Foure Voyages Made by Certayne French Captaynes into Florida (1587). See study by C. E. Bennett (1964).

 

(Return to "de Goulaine"

   

 

 

 

 

"Du côté de Zanzibar"
par Robert de Goulaine (édition Bartillat)

Du Côté de Zanzibar, le deuxième roman de Robert de Goulaine (après Le Dernier Ange, Critérion, 1992) aborde cette question essentielle de géographie littéraire. Sans mettre le pied à Zanzibar, et de loin, il offre au doute de nouveaux territoires. Tout est énigmatique dans ce roman, jusqu'au personnage principal : Jean de Tistanel, hobereau de province au maintien du siècle passé, chevalier courtois et plein de retenue.

Au prétexte d'un voyage définitif, Robert de Goulaine promène le nonchalant chevalier Jean de Tistanel au pays sans limite du doute.

Comme Tombouctou et Kuala Lumpur, Zanzibar est la destination privilégiée des voyageurs virtuels, des chemineaux en devenir, esclaves de leurs habitudes ou tributaires d'intérêts contrariants. Ces villes réputées chaudes et ensoleillées grisent d'évocations lumineuses. On les devine accueillantes mais elles conservent cependant une part mystérieuse. Existent-elles vraiment? Ne sont-elles pas le fruit d'imaginations trompeuses, de récits mystifiants.

 

(Return to "de Goulaine"